Image de Brandon LeClaire

L'Intégration du Cycle de la Vie (ICV)

 

Thérapie récente, découverte et modélisée par Peggy Pace au tout début des années 2000, l'ICV s'adresse à tout personne qui sent que restent en elle des événements de sa vie non « digérés » et qui continuent de la faire souffrir.

L'ICV est une thérapie héritière des principes de l'EMDR (travail sur le trauma et les états dissociatifs, postulat fondamental de la plasticité psychique et cérébrale), mais ses modalités pratiques diffèrent beaucoup de l'EMDR (pas de stimulation bilatérale alternée, soit pas de mouvements oculaires et / ou pas de tapping, pas de ciblage nécessaire d'un événement précis dans le temps). En revanche, comme l'EMDR et les TCC, l'ICV a un aspect très protocolisé.

En cela, l'ICV permet de travailler à un autre niveau que la psychanalyse, moins dans la mise en lien et la mise en sens, sans se porter sur le transfert, et de façon différente de l'EMDR, en tâchant de moins réactiver le trauma. En ICV, il s'agit avant tout de s'axer sur la digestion du trauma en tâchant de l'ancrer comme passé.

Principes de l'ICV

 

L'ICV s'adresse aux personnes victimes de trauma, qu'il s'agisse d'un trauma simple ou d'un trauma complexe, ayant donné lieu à un état de stress post-traumatique ou non, à des manifestations de dissociation ou non, aux personnes qui souffrent de traumas précoces, de troubles de l'attachement, un début de vie difficile, et plus largement à toute personne qui se sent, d'une façon ou d'une autre, entravée par son passé. Elle permet de retravailler à un niveau infraverbal des événements qui n'ont pas pu être métabolisés par le psychisme.

L'ICV permet, en retravaillant le parcours de la personne au moyen de la Ligne du Temps, de pouvoir retravailler et intégrer progressivement les différents événements de la vie qui n'ont pu, jusque là, devenir vraiment passés et qui ont contribué, à travers leur inflexion sur la structuration de la personnalité (notamment le Moi, instance psychique représentative du sujet, à laquelle il s'identifie). Certaines parties du Moi, clivés à la suite du trauma, peuvent à nouve'au être ré-intégrées dans le tout de la personnalité et du fonctionnement psychique.

C'est la contruction de la Ligne du Temps, sa répétition lors de la séance, et l'accordage entre le patient et le thérapeute et entre le moi adulte et le moi enfant du patient qui permet, au fur et à mesure des séances, de pouvoir intégrer les différents états du moi du patient et les expériences de vie douloureuses.

 

La répétition de la Ligne du Temps permet au psychisme de comprendre que les traumas du passé sont réellement passés, métabolisés et pleinement intégrés. Libéré du poids des affects du passé, les stratégies mises en place jusque là pour continuer de « survivre » psychiquement peuvent tomber, être remplacées par des stratégies et des mécanismes de défense plus adaptés.

L'ICV permet de renouer les différents états du moi ensemble et de mieux intégrer les différents événements de son parcours, de prendre conscience de ses forces et de mieux pouvoir accueillir l'enfant que l'on a été.

L'ICV permet non seulement de savoir que les moments difficiles sont passés, mais surtout de sentir que c'est effectivement passé.

Comme l'EMDR, l'ICV s'appuie sur les capacités d'auto-guérison du psychisme. Si à un moment donné le psychisme n'a pas pu métaboliser un événement, devenu alors trauma, c'est qu'il n'était pas alors en mesure de le faire (contexte, événement trop violent, manque de disponibilité psychique, immaturité liée à un âge jeune, absence d'aide…)

La prise en charge en ICV

Après un premier temps dédié à la rencontre entre le praticien et le patient, à l'accueil et l'analyse de la demande et au nouage de l'alliance thérapeutique, on s'attache à prendre le temps de mieux connaître le parcours de vie de la personne, en prenant toujours soin de respecter ce qui ne peut en être dit, des moments les plus difficiles et on établit la Ligne du Temps.

La Ligne du Temps constitue un résumé succinct, année après année, des souvenirs qui ont jalonné une vie, soit depuis un événement précis qui fait trauma (dans le cadre d'un protocole ciblé sur un trauma simple), soit depuis le début de la vie (pour les autres protocoles utilisés en ICV).

Patient et thérapeute choisissent ensemble les situations sur lesquelles travailler, en fonction des problématiques et des moments dans la vie du patient.

L'ICV n'est pas une thérapie où il s'agit d'élaborer, de mettre beaucoup de sens à la manière d'une psychanalyse.

Pour autant, revoir, encore et encore, le film de sa vie au moyen de la Ligne du Temps travaillée préalablement permet de renouer les différents moments de sa vie, d'apporter un autre sens, un autre regard, d'établir d'autres liens…

C'est la répétition de la ligne du temps dans un climat de bienveillance et d'accordage entre thérapeute, moi adulte et moi enfant ainsi que la répétition des séances qui permet au psychisme d'entendre et de sentir que les événements sont passés, de se réparer en profondeur, de rassembler les parties fragmentées du Moi et de voir régresser progressivement les troubles dissociatifs et les troubles d'attachement (quand ils existent).

L'ICV en pratique

Travailler en ICV implique de travailler sur du matériel traumatique et travailler sur de tels dégâts dans une vie peut nécessiter de prendre plus de temps que pour une séance classique, soit 90 minutes au lieu de 45 minutes.

Informations pratiques

CONSULTER :

27,  passage du désir 75010 Paris

Métro : Château d'Eau (l. 4), Strasbourg-Saint-Denis (l. 4, 8 et 9), Gare de l'Est (l. 4, 5 et 7,  transilien).

 

ME JOINDRE :

 

Blandine Berthet-Dellac : 06 26 25 62 30

Sessions are also available in English.

  • Wix Google+ page
  • LinkedIn Social Icon

Copyright © 2021 Blandine Berthet-Dellac

Tous droits réservés.

Psychologue Paris 20, psychothérapeute Paris 20, psychanalyste Paris 20, EMDR Paris 20