Douance / haut potentiel intellectuel

Haut potentiel intellectuel, douance, précocité, surdon… Ces termes sont en vogue depuis une dizaine d’années. Des sites, associations, définitions, livres… fleurissent tant et tant que l’on s’y perd un peu.

Définir le haut potentiel intellectuel semble dès lors devenir une gageure.

 

Pour ma part, j’utilise essentiellement les termes de « douance » et « haut potentiel » (dans son acception ici de : « haut potentiel intellectuel »).

Tous ces termes que vous avez croisés ou rencontrerez sur votre chemin : haut potentiel intellectuel, haut quotient intellectuel, douance, surdouance, précocité, zèbre, surrefficience mentale… tendent cependant à rejoindre une même entité clinique, aux contours un peu flous.

Mais le choix de l’un plutôt que de l’autre n’est pas non plus anodin et renseigne sur le positionnement de votre interlocuteur ou, du moins, sur un aspect plus particulier de ce phénomène (1).

 
 
Les bilans psychologiques
Les qualités
d'un bon bilan
Bibliographie
sur la douance
 
 
Tentative de définition du haut potentiel intellectuel

« Le haut potentiel consiste à présenter une ou plusieurs zones de capacités intellectuelles qui s'écarte(nt) significativement du niveau moyen des capacités des personnes de la même tranche d'âge. Parler de haut potentiel n'a de sens que si ces capacités sont contextualisées et mises en lien avec les autres sphères de fonctionnement de la personne. » (2)

Un critère statistique

 

La question de la définition de la douance ne va pas sans faire intervenir une dimension statistique, dont le seuil fluctue selon la culture du pays concerné, mais aussi selon les partis pris de chaque psychologue.

 

Ainsi :

  • En France, est surdoué toute personne dont le QI est ≥ 130 (ce qui correspond à + 2 écarts-types sur la courbe de Gauss, à la moyenne de 100 et l’écart-type de 15 sur l’échelle de Wechsler). Cela correspond à 2,27 % de la population.
    En Belgique, par exemple on retient souvent un seuil de 125, ce qui correspond à 5 % de la population.
    À l’association Mensa (association de surdoués), le seuil admis est 132, ce qui correspond à 2 % de la population.

  • Certains psys souhaitent absolument qu’un tel QI soit « homogène », soit : que la disparité des différentes composantes sur lesquelles le QI est calculé ne soit pas trop importante. (Autrement le QI est dit « non significatif ».)
    D’autres psys, même face à des résultats hétérogènes et un QI non significatif, statuent selon la valeur de certaines composantes du QI (ICV et / ou IRP ≥ 130, par exemple).

  • Afin de mieux tenir compte de la diversité et complexité des profils des personnes qui consultent et pour sortir un peu de cette dimension réductrice du QI comme synthèse pas toujours représentative de la mise en jeu des fonctions cognitives de chacun, dans leur ouvrage, S. Brasseur et C. Cuche évoquent la notion de « zone de haute potentialité » (3).

 
Les « caractéristiques cliniques »

Associées à cette définition basée sur un critère statistique suite à une passation d’un test psychométrique (en l’occurrence en France essentiellement la WAIS-IV), fleurissent quantités de listes de signes cliniques qui seraient associés aux personnes à haut potentiel : hypersensibilité, hyperesthésie, pensée « divergente » (vulgarisée sous le nom de « pensée en arborescence »), agilité intellectuelle, grand sens moral, introversion, sens de l’humour, plus grande tendance à l’anxiété, sentiment de différence / décalage / incompréhension…

Ces signes cliniques sont présents également en population générale. Il n’est pas rare que nombre de surdoués les cumulent et que ces signes soient chez eux présents de manière plus intense.

Ces signes cliniques peuvent d'ailleurs aussi être les indicateurs possibles d'un trouble associé (dépression, anxiété, TDAH, syndrome d'Asperger…), auquel il convient de prêter également attention.

Mais aucun de ces signes n’est pathognomonique du HPI. On peut présenter bon nombre de ces signes et ne pas être surdoué comme être surdoué et… ne pas se sentir présenter ces signes-là.

 

« À ce jour, les seules caractéristiques qui peuvent être mises en évidence de manière fiable découlent directement des hautes capacités intellectuelles, telle la rapidité d’apprentissage. Certaines spécificités se manifestent parce qu’elles sont influencées en partie par ces hautes capacités, mais, dans la plupart des cas, les caractéristiques individuelles souvent attribuées au haut potentiel ne devraient pas l’être. » (4)

 

Ainsi, tout sujet à haut potentiel n’est pas nécessairement hypersensible, n’est pas plus à risque d’être anxieux qu’une personne qui n’est pas surdouée, peut tout à fait mener un parcours scolaire et professionnel satisfaisant…

La créativité soit corrélée positivement avec l'intelligence (du fait de la pensée divergente) jusqu'à 120 mais plus au-delà. On peut donc être surdoué sans être particulièrement créatif et vice-versa.

Par ailleurs, quant aux affects, il semble que si les personnes surdouées sont plus à même d’identifier leurs émotions et celles présentes chez les autres, elles pourraient connaître plus de difficulté dans leur gestion. La littérature sur la question est cependant fort contradictoire. (5)

Néanmoins, la recherche de ces « signes cliniques » peut être intéressante, au même titre que la relecture de votre parcours, pour mieux entendre votre trajectoire, évaluer ce qu'il peut en être d'une possible hypothèse de haut potentiel intellectuel, formuler éventuellement d'autres hypothèses adjacentes ou concurrentes et, au-delà, mieux entendre de manière plus globalement ce qu'il en est de votre fonctionnement cognitif, affectif, psychique.

Par ailleurs, le haut potentiel peut engendrer, quand c’est le cas, des difficultés plus spécifiques dont il importe de tenir compte. (C’est là qu’il peut être intéressant de prendre connaissance du haut potentiel intellectuel.)

 

Ainsi, « sur base des recherches actuelles, on peut affirmer qu’une personne à haut potentiel se caractérise par son fonctionnement intellectuel particulier, qui se traduit généralement dans le domaine des apprentissages. » (6).

Les diverses caractéristiques cliniques seraient donc directement le fruit des particularités cérébrales des sujets surdoués :

  • Le fonctionnement du cerveau d’une personne à haut potentiel est donc à la fois plus rapide et plus efficace. De là une potentielle plus grande rapidité et efficacité d’apprentissage chez les sujets surdoués par rapport à la population générale. L’appétence des personnes surdouées envers les sujets complexes, difficiles à appréhender, est même souvent plus grande, afin de sentir une mise à l’épreuve de leurs facultés cognitives. (Le versant négatif en est souvent la difficile confrontation avec la nécessité de se mettre à travailler, souvent à un âge tardif, voire très tardif, ce qui n’est pas sans engendrer des difficultés, une perte d’estime de soi, etc.)

  • Le cerveau est mature plus tôt, d’où une avance fréquemment observée (mais pas toujours !) dans divers domaines : au plan du langage, de l’acquisition de la lecture, de l’écriture, du nombre… (Il n’est donc pas rare qu’un enfant surdoué sache lire avant l’entrée en CP ou qu’il apprend très rapidement à lire et écrire, mais ce n’est pas spécifique non plus. Et les enfants en avance sur les apprentissages ne sont pas non plus nécessairement surdoués.)

  • Les particularités cérébrales d’un sujet surdoué, quand elles sont mesurées à l’aide d’un outil psychométrique, se distinguent singulièrement de la norme dans un ou plusieurs domaines de l’intelligence  (7) : domaine verbal, domaine visuo-spatial, domaine du raisonnement fluide, mémoire de travail, vitesse de traitement pour ce qu’il en est des échelles de Wechsler. Binet aurait ainsi déclaré : « L’intelligence, c’est ce que mesure mon test. »

 
Au plan neurologique

 

Au plan neurologique, les enfants surdoués présenteraient comme une plus grande automatisation (région pariétale du cerveau) des tâches considérées par eux comme simples, et n’ont ainsi pas besoin d’utiliser autant de ressources en attention et en concentration (lobe frontal) que leurs pairs pour le même travail ; en revanche, si la tâche devient plus complexe, il semblerait qu’ils soient capables de déployer une force de travail intellectuel supérieure à la moyenne (8).

« Le réseau fronto-pariétal s’avère essentiel dans plusieurs activités liées à l’intelligence abstraite. » (9) Ce réseau fronto-pariétal serait à la source de la pensée divergente (parfois appelée « pensée en arborescence »), impliquée dans la résolution de problèmes et les processus créatifs. Cette pensée divergente serait davantage présente chez les personnes à haut potentiel.

De surcroît, il semble que les connexions synaptiques soient à la fois plus nombreuses et plus actives (10) : « La qualité de l’échange d’informations entre les deux parties du cerveau est donc un élément possible parmi les sources de la précocité intellectuelle. » (11)

La gaine de myéline qui permet la transmission de l’influx neuronal serait également plus épaisse chez les sujets surdoués.

Enfin, l’organisation cérébrale du sujet surdoué serait pour une part en avance par rapport à celle de ses pairs. (12)

 

De là à dire que les différences cérébrales entre les sujets surdoués et ceux qui ne le sont pas seraient importantes, voire radicales, il n’y a qu’un pas… à ne pas franchir. En effet : « Plus efficace, plus puissant et se développant plus vite, oui. Le plan d’organisation global reste pourtant le même, et les différences sont plus quantitatives que qualitatives… et restent ténues. » (13)

Ce serait oublier aussi qu’entre les gens « normaux » et les gens « surdoués », il n’y a pas de rupture, mais un continuum.

 

De surcroît, biologie et psychisme ne sont pas séparés par une frontière étanche mais ils s’imprègnent, s’interpénètrent sans cesse. Il n’y a rien de psychique qui n’ait de substrat biologique (sans correspondance stricte, comme on aimerait parfois bien, par souci utopique de simplicité), et inversement.

 

L’expression d’un haut potentiel ne dépend pas que de la biologie, mais aussi de la psyché d’un individu donné, de sa motivation, de son environnement…

Certains sujets ne donneront aucunement l’apparence d’être surdoués et c’est bien plus tard, à l’âge adulte, au gré d’un parcours plus ou moins rectiligne ou chaotique, se sentant parfois obscurément « différents », qu’ils le découvriront.

Ce n’est pas parce que l’on n’a pas été repéré enfant, que l’on n’a pas su lire à deux ans, ni même à cinq, que l’on n’a pas eu de parcours extraordinaire ou que l’on n’a pas été en échec scolaire, que l’on n’est pas surdoué.

 
Comment identifier le haut potentiel intellectuel ?

 

Je me contenterai de reprendre les propos de S. Brasseur et C. Cuche :

 

« Le QI est une information clef, indispensable pour pouvoir identifier le haut potentiel intellectuel. Cependant, à lui seuil, il ne permet pas de répondre adéquatement aux besoins non rencontrés de la personne qui motivent généralement la démarche d’identification. Il est donc nécessaire d’associer le QI à d’autres éléments d’évaluation pour comprendre le fonctionnement global de l’individu et les besoins qui en découlent. » (14)

 

C’est pour cela que, pour ma part, je vous proposerai toujours un premier entretien afin de mieux entendre votre parcours et votre histoire, ainsi que vos motivations.

C’est aussi pour cela que je propose en outre des tests de personnalité afin de mieux évaluer ce qu’il en est de la sphère affective et de son intrication avec la sphère intellectuelle.

 
À quoi cela sert de se savoir à haut potentiel ?

 

Eh bien… cela dépend… de vous.

Cela peut permettre de mieux entendre et comprendre un parcours de vie jugé jusque-là difficile, insatisfaisant, de mieux prendre conscience de ses forces comme de ses faiblesses, que ce soit sur le plan cognitif comme affectif.

 

Même si statistiquement, être à haut potentiel intellectuel n'est pas susceptible de vous rendre plus dépressif, plus angoissé, ou autre, vous pouvez cependant être dépressif, plus angoissé…

Le fait d'être surdoué implique nécessairement que votre histoire soit colorée d'une manière spécifique.

Il est peut-être utile de le savoir pour mieux en tenir compte.

 

Lorsque la douance n'a pas été identifiée dans l'enfance et les besoins plus particuliers de l'enfant surdoué que vous avez été ont été peu, voire non, pris en compte, cela peut engendrer des questionnements quant à son efficience, ses capacités, un sentiment d'errance dans sa vie, de décalage, au plan personnel, professionnel… Parfois, on a juste l'impression comme d'un caillou dans sa chaussure mais, aussi petit qu'il soit, il dérange.

(En soit, encore une fois, être surdoué ne prédispose pas au malheur. Il est raisonnable de penser que certains surdoués adultes traverseront leur existence de manière tout à fait satisfaisante en ignorant qu'ils sont à haut potentiel intellectuel, en ayant su répondre à leurs besoins et suivre leur désir. Se découvrir surdoué n'explique pas tout)

Se découvrir à haut potentiel à l'âge adulte et avoir été identifié dans l'enfance engendre souvent des situations de souffrance bien différentes.

 

Et quand bien même le bilan psychologique ne devait pas identifier une douance, ce en quoi vous vous êtes reconnus probablement au fil de vos lectures n’en est pas moins vrai pour vous et il est possible de travailler dessus.

 

Au-delà de ces considérations, il est courant que je reçoive dans ma pratique clinique des gens qui s’interrogent ainsi : « Et si je ne suis pas surdoué, je suis quoi ? »

Sachez qu’apprendre que l’on est surdoué n’est pas la réponse à toutes les questions et souffrances d’un sujet. L’identification d’un haut potentiel ne dispense pas d’un travail sur soi. Elle permet simplement de mieux pouvoir rassembler les pièces du puzzle.

Enfin, il n'y a pas de thérapie spécifique aux personnes à haut potentiel. En revanche, prendre en compte la douance peut être plus que nécessaire afin de mieux accueillir, entendre et aider la personne dans son cheminement.

(1) S. Brasseur et C. Cuche, Le haut potentiel en questions, éd. Mardaga, octobre 2017, p. 21

(2) Ibid., p. 46

(3) Ibid., p. 27

(4) Ibid., p. 16

(5) N. Gauvrit, Les surdoués ordinaires, éd. PUF, 2015, p. 161-175

(6) S. Brasseur et C. Cuche, ibid., p. 16

(7) Quant à ce qu’il en est d’une définition de l’intelligence, je vous renvoie aux pères de la psychologie et à tous ceux qui ont développé : Spearman, Binet, Gardner, Caroll… Les livres de J. Grégoire proposent notamment une partie dédiée à une tentative de définition de ce qu’est, du point de vue de la psychologie, l’intelligence.

(8) N. Gauvrit, ibid., p. 50

(9) Ibid., p. 54

(10) Ibid., p. 52

(11) Ibid.

(12) Ibid., p. 55-56

(13) Ibid., p. 57

(14) S. Brasseur et C. Cuche, ibid., p. 91

Bibliographie
Ouvrages scientifiques
  • « Le Haut potentiel en question : Mise au point », revue A.N.A.E. (Approche neuropsychologique des apprentissages chez l'enfant), n° 154, juin 2018, volume 30, tome III, p. 241-372

  • Fabrice Bak, La précocité dans tous ses états, L'Harmattan, 2013

  • Sophie Brasseur et Catherine Cuche, Le Haut Potentiel en questions, édition Mardaga, octobre 2017

  • Nicolas Gauvrit, Les surdoués ordinaires, PUF, 2014

 
Ouvrages grand public

  • Arielle Adda et Hélène Catroux, L'enfant doué : l'intelligence réconciliée, Odile Jacob, 2003

  • Arielle Adda et Thierry Brunel, Adultes sensibles et doués : trouver sa place au travail et s'épanouir, Odile Jacob, 2015

  • Cécile Bost, Souffrance et différence de l'adulte surdoué, Vuibert, 2011

  • Monique de Kermadec, L'adulte surdoué : apprendre à faire simple quand on est compliqué, Albin Michel, 2011

  • Monique de Kermadec, L'adulte surdoué : à la conquête du bonheur, Albin Michel, 2016

  • Claire Grand, Toi que l'on dit « surdoué » : la précocité intellectuelle expliquée aux enfants, L'Harmattan, janvier 2011

  • Claire Grand, Échanges autour du haut potentiel : Enfant précoce… explique-moi qui je suis, tome 1, L'Harmattan, 2016

  • Claire Grand, Échanges autour du haut potentiel : Adulte surdoué… aidez-moi à comprendre, tome 2, L'Harmattan, 2016

  • Carlos Tinoco, Intelligents, trop intelligents, JCLattès, 2014

  • Carlos Tinoco, Sandrine Gianola et Philippe Blasco, Les surdoués et les autres : penser l'écart, JCLattès, 2018

Ressources numériques

Sur YouTube

À la radio

Sites et Forums

Les associations

  • Pour les enfants et parents d'enfants surdoués : AFEP, ANPEIP

  • Pour les adultes : Mensa (leur page « ressources » est très riche), GAPPESM

  • Les Hauts Talents : informations scientifiques et constructives sur le haut potentiel intellectuel

 

CONSULTER :

À compter de mai 2019 : 27,  passage du désir 75010 Paris

Métro : Château d'Eau (l. 4), Strasbourg-Saint-Denis (l. 4, 8 et 9), Gare de l'Est (l. 4, 5 et 7,  transilien).

 

ME JOINDRE :

 

Blandine Berthet : 06 26 25 62 30

  • Wix Google+ page
  • LinkedIn Social Icon

Copyright © 2020 Blandine Berthet

Tous droits réservés.

Psychologue Paris 20, psychothérapeute Paris 20, psychanalyste Paris 20, EMDR Paris 20